Les " Subbotniki "Les fêtes du nettoyage sans fin

Si vous faites partie de ceux qui ne savent pas ce que signifie "Subbotniki" (sammedis communistes, en allemand "Subbotnik"), c’est que vous étiez trop jeune, en 1989, pour vous rendre en RDA. Le "Duden" peut aider quelque peu à répondre à la question et constituer une première indication concernant cette coutume (de nettoyage).


Subbotnik, n.m. : en (ex) RDA , lors d’une occasion particulière, travail réalisé de manière bénévole et non rémunérée.


Selon la description du Duden, il s’agissait initialement d’un travail collectif, bénévole et non rémunéré réalisé par les ouvriers soviétiques, les jours fériés ou dans le cadre d’heures supplémentaires non payées. Les "Subbotniki"s’étaient largement répandus à l’époque de la guerre civile et de l’intervention militaire étrangère en Union Soviétique.


En RDA, le terme "Subbotniki" est tiré du russe et désignait au temps de République Démocratique Allemande, une activité, réalisée en dehors des heures de travail, plus particulièrement le week-end (en russe "Subbota", en tchèque "Sobota" = sabbath / samedi). Non rémunérée, évidemment.


La production socialiste faisait, de plus en plus couramment, appel à ces travaux de proximité dans les zones d’habitation. Au départ, il s’agissait de postes d’Etat "organisés" pour la collectivité, mais avec le temps d’existence de la RDA, les "Subbotniki" sont devenus une institution.


Au sein de communautÉs petites et grandes, les citoyens de RDA se retrouvaient aux "Subbotniki", afin d’agrémenter ou de nettoyer leur zone d’habitation. L’impression d’appartenance à la collectivité était renforcée et le travail se terminait très souvent par une fête typique. Et comme les fêtes duraient souvent jusqu’aux aurores, en laissant des traces qu’il fallait effacer, la prochaine fête, pardon, la prochaine journée "Subbotniki" était d’ores et déjà programmée.